Le RT300 aide à la rééducation des paralysés cérébraux

KAITLIN CLARK, PT, DPT

Parlez-nous un peu de votre parcours et comment vous êtes venu travailler au Phoenix Children's Hospital ?

J'ai obtenu mon doctorat en physiothérapie de l'Université AT Still en 2011 et j'ai rejoint le service de réadaptation ambulatoire du Phoenix Children's Hospital à temps partiel jusqu'en juillet 2011. À ce moment-là, j'ai déménagé pour une opportunité d'emploi à St. Paul Minnesota travaillant dans un centre de réadaptation pour patients hospitalisés. établissement où j'ai vu des adultes victimes d'AVC, d'amputation et de déconditions générales. Après la fin de mon contrat cette année-là, Phoenix m'a manqué et je suis retourné à PCH en tant que thérapeute à temps plein dans le service de réadaptation ambulatoire. Actuellement, en plus des patients quotidiens, je suis clinicien pour des cliniques spécialisées, notamment l'USIN, la paralysie cérébrale, la dystrophie musculaire et je participe au développement du programme Neuro Rehab et des cliniques de commotion cérébrale au sein du service ambulatoire.

Parlez-nous du travail du Phoenix Children's Hospital

Avec un personnel médical de près de 1,000 70 spécialistes en pédiatrie, Phoenix Children's fournit des soins hospitaliers, ambulatoires, de traumatologie et d'urgence dans plus de XNUMX sous-spécialités pédiatriques, les soins pédiatriques les plus complets disponibles dans l'État. Les six centres d'excellence de l'hôpital ont grandi en taille et en expertise pour les placer à égalité avec certains des plus prestigieux du genre aux États-Unis.

Où travaillez-vous au sein du Phoenix Children's ?

Je travaille au sein du programme de réadaptation Frances H. McClelland à Phoenix Children's dans notre nouveau centre qui a ouvert ses portes en janvier 2014 et regroupe les soins complets et multidisciplinaires qui aident les enfants à atteindre leur niveau optimal d'indépendance. Avec ce nouveau centre, nous avons l'espace dédié et les améliorations technologiques pour correspondre à l'expertise de notre personnel. Le nouveau centre comprend une technologie innovante, notamment les systèmes de thérapie intégrés Restorative Therapies RT300 et RT600.

Quelle gamme de troubles neurologiques êtes-vous en mesure d'aider dans le centre de réadaptation ?

Nous voyons des enfants avec une grande variété de diagnostics allant de la blessure orthopédique à la présentation neurologique et aux retards de développement.

Vous avez récemment utilisé RT300 avec un patient CP, parlez-nous de cela et comment le patient a réagi ?

Ce patient s'est présenté suite à une intervention chirurgicale des deux jambes pour dérotation des fémurs et allongement indirect de la musculature attachée. Initialement, il a présenté des contractures, des limitations musculaires pour le mouvement, de plus de 40 degrés de flexion, de flexion, aux deux genoux et de plus de 20 degrés au niveau des hanches. Avant la chirurgie, le patient avait participé à des activités de déambulation et de déambulation dans un entraîneur de marche. À la suite de la chirurgie, le patient n'était plus en mesure de participer à un bon positionnement en décubitus ventral, sur le ventre, pour éviter d'autres contractures qui limiteraient sa capacité à rester assis en fauteuil roulant pendant des périodes prolongées.

La rééducation comprenait une combinaison d'étirements manuels, d'activités thérapeutiques pour faciliter la mise en charge tout en étant soutenu par un harnais et des séances sur RT300 dans le but de produire une amplitude de mouvement disponible accrue et d'évaluer la capacité du patient à créer une puissance de sortie. Le patient était initialement incapable de tolérer la participation à RT300 en raison de paramètres de réglage pour une amplitude accrue de stimulation électrique et une restriction tissulaire significative au niveau des extrémités inférieures bilatérales. Un représentant a été contacté de la thérapie restauratrice et les paramètres ont été examinés verbalement avec le clinicien pour s'adapter à une tolérance accrue. Sous les nouveaux paramètres, ce patient a augmenté son niveau de tolérance sans augmenter le niveau de puissance de sortie, qui était initialement minime et s'est poursuivi à ce niveau. Le patient a terminé 20 séances tout en dépensant le reste de la séance de traitement en augmentant l'amplitude des mouvements avec un programme d'étirement manuel et en se tenant debout dans un harnais avec une rotation rythmique pour réduire la spasticité.

À la fin de la rééducation, le patient a pu atteindre une extension de la hanche à zéro degré neutre après un étirement manuel et un positionnement prolongé sur le ventre. De plus, le patient s'est présenté avec un mouvement disponible accru aux deux genoux à moins de 15 degrés de contracture en flexion. Cette amplitude de mouvement accrue était suffisante pour permettre au patient de reprendre l'utilisation de son entraîneur de marche et de se coucher en position couchée.

En savoir plus sur le travail du Phoenix Children's Hospital